Écrins
France
2012

Glacier des Rouies


5. 5. 2012 - 6. 5. 2012

Yannick Hennequin, Georg Haberfehlner et Peter Schrammel

Temps

peu nuageux, du brouillard le matin, puis dégagé

Intérêt

****: Itinéraire longue avec une ambiance magnifique de haute montagne, mais pour le sommet il faut se lever plus tôt

Itinéraire

J1: La Bérarde, 1713m - Refuge du Carrelet, 1909m; J2: Refuge du Carrelet - Glacier des Rouies, 3310m - Refuge du Carrelet - La Bérarde

Hébergements

Refuge du Carrelet, 1909m (refuge d'hiver)

Dénivelé

1687m (J1: +211/-15; J2: +1476/-1671)

Distance

23km (J1: 4; J2: 19)

Horaire

6 3/4h (J1: 1; J2: 5 3/4 (4 + 1 + 3/4))

Endurance

AG

Difficulté

II: 37° sur 70m, sinon <30°

Danger

2: un passage le long du torrent, ressaut au glacier supérieur

Fréquentation

b: refuge plein

Commentaires

risque d'avalanches: 1 -> 3; chaussage à 1930m à l'entrée du vallon du Chardon; 20-30cm poudre lourde 2300-3000m, 40cm poudre >3000m; crevasses fermées

Récit

Après les chutes de neige abondantes en avril le risque d'avalanche avait finalement baissé à 3. Du beau temps était annoncé pour le lundi pont, donc je prit de congé. Le dimanche Yannick, Georg et moi, on démarra vers 16h30 pour aller à la Berarde. On partit après 18h et monta une heure ski sur le dos. Le sentier était tout sec. On passa à côté de deux vielles coulées gigantesques sur le versant nord de l'Aiguille de Berarde. Pendant la montée on doubla deux potes de Yannick. On arriva en premier au refuge de Carrelet avec ces 10 places sur 15 mètres carrés. Le ciel était encore couvert. Pendant le dîner on avait des discussions vivantes comme il était le jour de la présidentielle. Vers 22h30 deux femmes arrivèrent qui pensaient de faire le Glacier Long avec les autres deux gars. On coucha après 23h. Encore plus de gens arrivèrent. À minuit le refuge était plein. On se leva à 5h et partit à 5h45. Il y avait du brouillard partout. Les vernes était trop dense pour basculer directement sur l'autre côté du vallon. Du coup il nous fallait les contourner en bas. Il y avait plusieurs traversées de ruisseau avant de arriver à la fin de la langue neigeuse au début du vallon. Le brouillard partit vite et dégagea le ciel bleu. Le paysage se présentait très hivernal en montant le vallon. Il nous fallait tracer qui était un peu pénible à cause du regel inexistant. Aussi le matériel du glacier qu'on avait amené pesait assez lourd. Il nous fallait plus que 2h pour arriver au passage de montée du Glacier de Chardon au Glacier des Rouies. Après cette pente SSE de 50m à 38° la neige devint de plus en plus poudreuse. On observait 7 personnes montant dans le couloir de Vacciviers. On était tous un peu crevé de la montée assez longue et plate. Lorsqu'on arriva sur le grand replat à 3300m il était déjà 10h. Le sommet semblait encore loin en distance et les derniers 80m avaient l'air aussi chauds avec la neige fraîche. Donc on décida de profiter de la neige excellente et descendre avant le passage raide en bas devînt trop molle. La descente dans 30cm de poudre devant l'arrière-plan de l'Ailefroide, le Coolidge et la Barre des Écrins était un regal. En dessous de 3000m la poudre s'allourdait, mais restait bien skiable. Le passage raide ètait déjà assez profonde à 10cm, mais pas trop inquiétant. La neige sur le Glacier de Chardon était assez collante. On observait plusieurs coulées en versant sud pendant la descente. On arriva au refuge vers 11h30. Yannick s'engagea en discussions aved un guide polaire avec équipement photographique impressionnant qui attendait ses deux fils montés au Vacciviers. On prit de la sieste au soleil et observait les 4 autres descendre dans la poudre du Glacier Long. À 13h on descendit à pied et prit encore des Sérieuses fraîches au gîte à Pré Clot avant de continuer la descente en voiture dans la vallée printanière.


Impressum