Écrins
France
2012

Glacier du Rochail


24. 3. 2012

Gilles Faure, Georg Haberfehlner, Yannick Hennequin, Peter Schrammel

Temps

dégagé, quelques nuages l'après-midiautour des hauts sommets

Intérêt

*****: La combe des possibilités infinies - malheureusement l'accès au sommet n'est plus possible en fin de saison du côté Glacier de Rochail

Itinéraire

Villard Notre-Dame, 1480m - Glacier du Rochail/Col du Montvoisin, 2900m - Villard Notre-Dame

Dénivelé

1587m

Distance

14km

Horaire

4 1/2h (3 1/4 + 1 1/4)

Endurance

G

Difficulté

II-III: des passages délicats à l'entrée du vallon, puis deux ressaut: premier <33° sur 100m, deuxième 37-40° sur 70m, après <32°; des variantes jusqu'à 40° possibles

Danger

5: entrée du vallon : sentier large 4 et traversée d'une pente suspendue 5, puis quelques barres rocheuses 3-4

Fréquentation

d

Commentaires

risque d'avalanche 1-2, 60cm de poudreuse en haut de la combe, 5-10cm moquette sur les pentes vers la sortie du vallon après 13h; accès à la pente sommitale par une rampe dans la barre rocheuse: comme le glacier baisse, elle devient de plus en plus infaisable, surtout quand elle est dégneigée en fin de saison. Accès alternatif à la pente sommitale par le Glacier Rampant ou directement au sommet par le versant ouest.

Récit

Après une nuit courte, on partit de Yannick à 7h30 et prit Gilles à Vizille. Arrivé à Villard Notre-Dame déjà presque tous les emplacements le long de l'épingle de départ étaient pris. On partit à pied à 9h15. Après une petite montée le sentier large descend au-dessus d'une parois à pic impressionnante. Puis il nous fallait traverser une pente suspendue vertigineuse. Il y avait des bons pas dans le peu de neige restant. Arrivé sur l'autre côté de ce passage-clé on chaussa les ski. Quelques traversées un peu exposées suivaient, mais moins spectaculaires. On rata le bon chemin de montée, on aurait du monter plus tôt. Du coup on était forcé à déchausser et monter par une dalle merdique au-dessus du torrent. Il avait encore un passage à pied plus tard, puis au fond du vallon. Là, on prit la montée à droite de la cascade. Les caravanes devant nous se boucher dans la pente raide. Arrivé a soleil, le deuxième ressaut était un peu pénible. Il y avait 30-50cm de poudreuse sur peu de soucouche. Un groupe semblait coincé dans ce passage. Un autre groupe essaya le chemain par la droite. Nous prîmes ce chemin aussi et on les doubla dans le passage. Puis tout était plus facile jusqu'en haut. Moi, je traînai un peu en arrière, à cause de mes jambes lourdes de la sortie autour des Grands Moulins le jour avant. Le haut de la combe était complètement tracé. Mes muscles était de plus en plus vide. Je m'arrêta pour manger un peu mi-pente, À 13h au col on déjeun ensemble avec un gars et deux filles partis peu après nous. L'accès au sommet n'est plus possible, parce que le glacier s'est baissé trop. On profitait du panorama des sommets des Écrins. À 13h30 on attaqua la descente. La poudreuse était très bonne, surtout au milieu de la combe où il n'y avait pas de traces du tout. Une fois je fit un tonneau. On bascula dans le vallon plat à l'est pour profiter de la moquette sur les versants est. Puis on prit le passage au milieu du deuxième ressaut, tenant en haut sur la gauche pour la suite. Finalement on suivit le sentier de monter. On déchaussa avant la fameuse traversée. Pendant la remontée au village il faisait très chaud. À 15h on descendit à Bourg d'Oisans en voiture pour boire un verre. Sur la terrasse du pub on retrouva encore le gars et les deux filles et on echangea nos impressions du jour.


Impressum