Vanoise
France
2012

Grand Arc


16. 1. 2012

Georg Schreil, Peter Schrammel

Temps

dégagé

Intérêt

****: Voie par une combe grandiose sur un sommet avec une vue imprenable 360°

Itinéraire

Tioulévé, 1268m - Grand Arc, 2484m - Tioulévé

Dénivelé

1241m

Distance

10km

Horaire

3 3/4h (2 3/4 + 1)

Endurance

E

Difficulté

II: première pente après la sortie du forêt 30° sur 200m; pente sommitale: 34-36° sur 200m

Danger

4-5: crête sommitale

Fréquentation

d: trop de traces

Commentaires

risque d'avalanches 1-2; neige très variable: croûte, moquette, poudre humidifiée ou tassée selon l'orientation des pentes

Récit

Pendant la visite de Georg, le temps restait sec. Donc on visa les pentes plein sud pour trouver la neige transformée l'après-midi. On pouvait un peu progresser le denivelé, donc on décida pour le Grand Arc. Après 10h15 on arriva en voiture à Tioulévé au bout de la route de Montsapey. Il y avait plusieurs voitures de la gendarmerie alpine - apparement il faisait une sortie. À 10h30 on démarra et après quelques mètres de dénivelé en était déjà au soleil. On traversa dans un vallon dans le bois. Puis la vue était vite dégagé sur la combe de montée. On doubla deux hommes et on vit deux autres groupes devant nous. Il y avait beaucoup des belles traces de descente dans les pentes, mais aussi des coulées dans les pentes rocheuses. Il faisait vachement chaud. On monta vite et on réussit presque à rattraper le groupe devant nous, mais ils bifurquèrent pour monter aux Petit Arc, tandis que nous traversâmes vers l'est. La neige n'était pas encore transformée. Avant la dernière pente on mit les couteaux parce que la trace était gélée. Les gendarmes étaient déjà en train de descendre. Georg se pleignit qu'il avait faim. On rencentra un group sur la crête qui y firent leur depôt de ski, mais nous on continuâmes sur la crête un peu exposé vers le sommet. Le groupe suivit à pied. À 13h30 on atteignit le sommet et était impressionné par le panorama magnifique du Vercors, la Chartreuse, les Bauges, le Jura, la Tournette, les Aravis, Mont Blanc, la Vanoise, les Ecrins, les Grandes Rousses, la Belledonne en face et Albertville en bas. On resta presque une heure au sommet. La pente sommitale était horrible à skier. Puis on traversa tout à l'ouest vers le Lac Noir. La on trouva de la moquette, et dans les pentes est même un peu de la poudre tassée en alternance avec de la neige croûtée. Finalement on suivit la trace de montée dans la forêt qui nous mena retour à la voiture à 15h.


Impressum