Écrins
France
2011

Pic du Col d'Ornon


26. 3. 2011

Yannick Hennequin, Georg Haberfehlner et Peter Schrammel

Temps

front arrivant, pluie, chute de neige à partir de 1900m, brouillard à partir de 2400m

Intérêt

***: Bel itinéraire à refaire quand il fait beau...

Itinéraire

Villard-Notre-Dame, 1576m - Pic du Col d'Ornon, sous le couloir nord, 2750m - Villard-Notre-Dame

Dénivelé

1269m

Distance

8km

Horaire

3 1/4h (2 1/2 + 3/4)

Endurance

F

Difficulté

II: deux traversées de 50m des pentes un peu rocheuses ~40° vers le fond de la gorge, après 37-38° sur 80m à gauche de la Pierre Grosse, reste <33°, couloir nord 38-40° (pas fait)

Danger

3

Fréquentation

d: circulation dense malgré les conditions

Commentaires

risque d'avalanche 2-3, 40cm de la poudreuse tassée à partir de 2300m

Récit

Il y avait quelques petites chutes de neige en semaine, mais le foehn était toujours fort. Un nouveau front devrait arriver l'après-midi. On partit après 8h. Le ciel était déjà voilé. On monta la route impressionnante à Villard-Notre Dame et gara la bagnole près d'une tour au bout de la route. Il y avait 2 autres voitures. On démarra à 9h45 et descendit à pied dans le vallon et traversa le torrent. Là on chaussa parce que le versant sud était complètement sec. On traversa côté sud du torrent jusqu'au fond du vallon. Parfois il valait mieux mettre les couteaux. On vit un groupe de 8 personnes devant nous montant à gauche de la grosse cascade de glace sur la Pierre Grosse. Georg et Yannick monta vachement rapide, mais même moi réussis à doubler le groupe. Au replat il commença à neiger. On continua vers le Pic du Col d'Ornon, encore bien visible. Les traces furent de plus en plus couvertes, et donc, il fallait tracer dans la neige de plus en plus profonde, mais bien tassée. Malheureusement, aussi le brouillard se baissa et on ne vit plus le sommet. Graduellement la visibilité se réduisit à 20m. Il était midi. On entendit des skieurs descendre du Grand Renaud, mais on ne les vit pas. On essaya de changer but et traverser pour monter au Grand Renaud, mais le temps se détériora encore plus. Du coup, on abandonna et descendit dans la combe. Plus bas la visibilité devint meilleure. On n'arrêta pas trop. Quand on sortit du vallon le long du chemin de montée il pleuvait. À13h20 on arriva à la voiture. On ne déjeuna même pas dans ce temps pourri et descendit tout de suite à Bourg d'Oisans, où on chercha un abri pour manger avant de rentrer à Grenoble. Cela ajouta un autre sommet à la liste longue d'échecs de cet hiver maigre.


Impressum