Grandes Rousses
France
2011

Pic de Mas de la Grave


11. 2. 2011

Georg Habefehlner, Yannick Hennequin, Peter Schrammel, groupe du GUM avec Hervé, Alice, Christian, Damien, Julien, Nicolas et Thierry

Temps

dégagé, l'après-midi des nuages en altitude à l'ouest

Intérêt

****: Boucle facile mes épuisante sur le plus haut sommet entre Étendard et Aiguilles d'Arves

Itinéraire

Bonnefin, 1732m - Tête du Vallon, 2591m - Vallon de Rachas, 2350m - Pic de Mas de la Grave, 3020m - Refuge de Rif Tort, 2248m - Besse, 1544m

Dénivelé

+1758m / -1946m

Distance

22km

Horaire

6 1/4h (2 1/4 + 1/12 + 1 2/3 + 1 1/4 + 1)

Endurance

H: extrêmement longue boucle

Difficulté

II: jusqu'à la Tête du Vallon <30° sauf dernier tronçon 34° sur 40m; pente sud-ouest/croupe sommitale 35° sur 150m; descente vers le Col Nazié <33°, après 36-38° sur 200m avec une traversée sous ces pentes

Danger

3: croupe et crête sommitale

Fréquentation

c

Commentaires

risque d'avalanche 1, moquette; sur les versant nord-ouest quasiment que de givre de profondeur

Récit

Les conditions d'enneigement deviennent de plus en plus pauvres. Hervé du GUM, un copin de Yannick, organisa une sortie de groupe. On démarra assez tard : rencontre à 9h à Besse. En montant jusqu'à Mizoën on ne voyait pas de neige du tout gauche et droite. Plus haut vers Besse, heureusement, on constata qu'au moins les versants nord-ouest sont enneigés à partir de 1500m. Donc, malgré on alla descendre de l'autre versant du vallon, on monta en voiture jusqu'à l'épingle de Bonnefin, où la route ne passait plus sans chaînes. À 9h50 on monta les ski sur le dos et suivit le chemin. 100m plus haut on pouvait chausser. Georg et moi devant, Yannick bavarda avec Hervé, et le reste du groupe était encore en train de se réveiller. La piste était le seul ruban de neige vers les Collets. On contourna sur l'est d'une butte pour monter au Sommet de la Quarlie. Il y avait plusieurs randonneurs avec et sans ski sur le chemin. La neige était transformée à fond la veille. La surface luisait comme des vitres fines. On descendit au col et remonta plus raide. Le reste du groupe qui contourna le Sommet de la Quarlie à l'ouest gagna un peu de terrain. Il y avait quelques anciennes accumulations derrière la croupe, donc on resta sur la croupe et finalement on monta en quelques conversions à la Tête du Vallon. Il était déjà midi. Christian arriva derrière Georg et moi, peu plus tard Yannick et le reste du groupe. La vue était formidable, même si la beauté était un peu dégradée par les nombreuses tâches sans neige un peu partout. Un petit vallon nous séparait du Pic de Mas en face. On enleva les peaux et descendit dans une couche de 20cm de la neige légère inattendu. Après avoir traversé un ruisseau, Georg et moi mîmes les peaux pour lancer la remontée, mais les autres descendirent encore plus. Donc on enleva les peaux de nouveau pour les joindre en bas. On remit les peaux et commença les 700m restants. Georg, Yannick et Christian doublèrent tout le groupe ; moi suivis derrière eux. Christian, le plus âgé, fonça en amont. Sur un petit replat je montai les couteaux. La neige se durcit et le chemin va continuer plus face ouest. Bonne décision : ils suivaient deux traversées longues dans le versant raide pour contourner la croupe totalement dégarnie. Il fallait passer par les cailloux pour rejoindre la crête qui devenait plus étroite vers le sommet, que j'atteignis à 14h30 : face à face avec les trois Aiguilles d'Arves impressionnants, le Goléon, la Meije et la mer de sommets des Écrins et Grandes Rousses à l'ouest. Petit à petit tout le monde arrivait. Á 15h15 on était complet pour attaquer la descente. Au début il fallait contourner les cailloux pour joindre la pente sud. À cause du ciel un peu voilé à ce moment la face sud ne s'était pas vraiment transformée. Elle était assez irrégulière et difficile à skier. On suivi le vallon plat et sauvage du Rachas par un col à peine remarquable vers le vallon du Rif Tort. Après une demie heure des coups de bâton on remit les peaux pour joindre la croupe derrière le Refuge de Rif Tort. Georg voulait descendre la belle face nord-ouest, mais on n'était pas sûr si il serait possible de traverser le ruisseau bien encaissé au fond du vallon. Donc on descendit au Col Nazié, toujours avec des conditions de neige très exigeantes. On prenait pas mal de temps jusqu'à ce que tout le monde fût descendu. À la fin Hervé descendit à pied parce qu'il s'avait arraché sa fixation déjà réparée une fois à la montée. On continua par le versant nord en prenant le sentier vers les Granges du Gay, tandis que Hervé retourna à pied sur la route versant sud. Le versant nord était pratiquement que du givre de fond d'une profondeur de 20cm. Arrivé sur la route on marcha à pied à Besse. Yannick et les autres chauffeurs trouvèrent un copain sur le parking qui les monta pour chercher les voitures. Les autres allèrent dans le gîte pour passer le temps avec une bière ou deux. Il était déjà après 18h et le soleil était en train de se coucher quand Hervé arriva enfin. On revint à Grenoble vers 20h30.


Impressum