Belledonne
France
2010

Passage de Clarant


20. 2. 2010

Yannick Hennequin, Peter Schrammel

Temps

dégagé, -7°, très venté en altitude

Intérêt

*****: Un de nombreux tours dans cette cuvette avec des conditions de neige parfaite

Itinéraire

Gleyzin, 1096m - Passage Clarant, 2630m - Refuge de l'Oule, 1836m - Gleyzin

Dénivelé

1657m

Distance

13km

Horaire

5h (3 1/2 + 1 + 1/2)

Endurance

G: encore extensible

Difficulté

II: rien de difficile, pentes les plus raides avant le refuge <34°, après le refuge <33°, vers le Glacier du Gleyzin <32°, descente vers le refuge <35°

Danger

4: traversée après le refuge

Fréquentation

b: presque seuls

Commentaires

risque d'avalanches 3; 40cm poudreuse fraîche, plaques de vent côté est/sudest; vieille coulée large sur la première pente du plateau vers le Glacier du Gleyzin

Récit

En fait on voulait faire un tour dans les Bauges, mais on n'avait pas la carte, donc j'ai proposé le départ Gleyzin et choisir un itinéraire selon les conditions. À 9h30 on est arrivé à Gleyzin; la route était enneigée à partir de Pinsot et il se trouvait une dizaine de voitures sur le parking. Le chemin démarre en montant légèrement. Il fallait traverser quelques ruisseaux sans pont de neige. On observait les fumées du vent fort sur les crêtes. Il y avait trois randonneurs devant nous qui montaient le couloir au Col de Pertuis, tandis que nous avons traversé vers le Refuge de l'Oule. Incroyable! Toute la cuvette sans aucune trace! Le passage redouté traversant au-dessus des falaises après le refuge était assez chargé comme apparemment toute les fois. On a vu des gens descendants de la combe montant vers l'épaule de la Porte de l'Église. Un autre randonneur était en train de tracer vers le Col de Morétan. On a décidé de monter au Passage Clarant. Moi, j'ai tracé sur une petite croupe au milieu de la pente directe, à gauche d'une coulée vieille. La légère ravine au milieu était assez remplie de neige, mais à la limite de la coulée c'était facile à monter, parce qu'on n'enfonçait pas trop. Arrivé sur un replat, on rencontrait des gens descendus du Col de Comberousse. Yannick a continu à tracer vers le Passage Clarant. Les derniers mètres le vent était assez violent. À 13h le soleil brillait joliment et Yannick a pris quelques photos de moi sur une boule de neige et roche. On a enlevé les peaux, quand deux hommes qui nous ontsuivi nous ont rejoints au col. On a attaqué la descente toute de suite; elle était réjouissante: des conditions parfaites, de la neige légère - du plaisir pur! On a remis les peaux pour remonter un petit peu à fin de profiter de toute la pente vers le refuge. Là, on n'était plus seuls, mais il y avait quand même assez de place pour descendre sans croiser des autres traces - tout simplement incroyable, une poudreuse jamais vécue avant! Devant le refuge on rencontrait les trois qui ont passé la nuit là et qui ont tracé vers le versant est de la combe ce matin. On a déjeuné dans la salle à manger. À 15h on a continué la descente. Il nous fallait traverser des grosses boules de neige en bas du couloir de Pertuis, mais on a trouvé encore une belle pente à déflorer avant qu'il faille suivre le chemin à Gleyzin. On était prêts à partir à 15h45 quand soudainement les deux gars qu'on a vu au Passage Clarant sont arrivés. Ils nous ont raconté que l'un était pris par une plaque en descendant le flanc raide du Passage Clarant vers le sud. Il n'était pas enseveli, mais ils étaient choqués et donc remontés pour plutôt descendre vers le nord, mais la voiture se trouvait côté sud, parce qu'ils sont monté par la Selle du Puy Gris. Du coup on les a emmenés à Pontcharra pour prendre le train pour chercher leur voiture.


Impressum