Chablais
France
2005

Dent d'Oche & Cornettes de Bise


12. 7. 2005 - 13. 7. 2005

Peter Schrammel

Temps

beau - nuageux - s'éclairant, dégagé - de plus en plus nuageux

Intérêt

*****: tour grandios à travers du Chablais

Itinéraire

1er jour: St-Gingolph, 386m - Novel, 924m, Col de Neuva, 1778m, Dent d'Oche, 2222m, Lac de la Case, 1756m, Refuge de Bise, 1502m; 2ème jour: Refuge de Bise, 1502m, Cornettes de Bise, 2432m, Col de Verne, 1814m, Vouvry, 387m

Hébergements

Refuge de Bise, 1502m

Dénivelé

+3123m/-3122m (1er jour: +2121/-1005, 2ème jour: +1002/-2117)

Distance

34km (19 + 15)

Horaire

10 1/2h (1er jour: 6h (1 1/6 + 1 3/4 + 1 1/6 + 3/4 + 1 1/6); 2ème jour: 4 1/2h (1 3/4 + 1/2 + 2 1/4)

Endurance

HF: On sent les plantes brulantes le deuxième jour.

Difficulté

I-/A-B; I-: une marche en traversant le flanc nordouest de la Dent d'Oche 0+, ravine au Chalet d'Oche I-/A-B, humide, des chaînes, au sommet 0+; aux Cornettes de Bise une grande marche I-, plusieurs passages 0+

Danger

5; 6: un passage en traversant le flanc nordouest de la Dent d'Oche 4, au sommet 4, traversée vers l'est du sommet 5, descente quelques passages 5; aux Cornettes de Bise en général 3, une traversée assez dangereuse, pas de prises, toute confidence à des pas étroits 6

Fréquentation

c: solitude totale et sociabilité des caravanes en alternation

Récit

Avoir quitté la fête anniversaire de mon collègue belge Jerôme à 1:00 j'ai pris encore un peu bourré le train à 6:46 pour St-Maurice et continué à 8:19 à St-Gingolph. Un vieil homme m'entretenait avec ses absurdes opinions sur le changement de climat et le developpement horrible de l'infrastructure dans les montagnes suisses. Vers 9:00 je suis parti du côté français. Le ciel se présentait dégagé quand je montais au long de La Morge en passant devant un parc d'aventure, étant toujours à l'ombre de la forêt et rencontrant et dépassant des gens. Après avoir traversé la route et être attaqué par un tas de taons aggressifs j'ai atteint Novel. J'ai marché directement par le village à côté de l'eglise et continué sur la route et puis suivant un raccourci montant à droite. Le chemin était toujours très bien marqué en rouge-blanc. Graduellement les nuages se rammassaient autour des sommets. Après encore un petit tronçon sur la route on monte par un pré suivant les flèches et atteind enfin une route avant un lacet remarqué. Ensuite le chemin est de plus en plus montant et toujours au plein soleil. Après l'alpage de Neuva au-dessous il grimpe très raide en haut à Neuva au-dessus d'où un sentier assez piétiné par les vaches m'a conduit au Col de Neuva. De là, je pouvais déjà deviner le sommet derrière les nuages. Puis on descend un peu, traverse tout le flanc de l'ouest, un court passage aérien inclu et tourne vers l'est où un sentier remonte plus escarpé, et finalement il faut aussi un peu grimper par un ravin rocheux, étroit et ce jour humide jusqu'au refuge. Malheureusement le sommet restait couvert par nuages, même la formidable vue promue en bas sur le lac je ne pouvait que l'imaginer. Néanmoins j'ai continué et tout à coup un trou de soleil est ouvert mais déjà refermé lorsque je suis arrivé plus ou moins facile à 13:40 à la croix qui se ne trouve pas sur le vrai sommet. Je déjeunais, je voyais rien, il s'améliorait, il s'aggravait et quand il faisait encore du brouillard j'ai pris la décision de descendre. Après 14 heures j'ai dépassé d'abord le comble où il y avait deux bouquetins femelles et traversé l'arête assez exposée vers l'est. Ensuite on descend assez rapide et toujours suivant les flèches jaunes (!). Après une courte traversée avec des chaînes qui n'inspiraient pas trop de confiance j'ai rencontré de nouveau quelques bouquetines. Plus en bas j'ai bifurqué sur un chemin traversant une colline vers le Lac de la Case. Il s'éclairait et le sommet était déjà presque visible. Après quelques bifurcations où il faut suivre les flèches indiquants le Col de Bise il remonte presque 200 mètres à un premier col et traverse au flanc de la buvette du Lac de Darbon au Col de Pavis. J'étais pas mal ébahi que j'y voyais une trentaine des bouquetins mâles. Je suis descendu un peu et pris un raccourci pour ne perdre trop de mètres au Col de Bise. Je me suis encore une fois étonné lorsque se sont dressés tout à coup deux mulets devant moi. C'était un groupe d'enfants qui faisaient un tour guidé en ces bêtes. J'ai jetté un dernier coup d'oeil en bas vers Montreux et continué à descendre aux chalets de Bise en bas qui je voyais de loin au-dessous et de même les Cornettes de Bise, le but pour le lendemain. J'y suis arrivé à 16:20. J'ai été accueillé par une jeune femme qui avais vraiment encore une place pour moi. Par rapport aux refuges auxquels j'étais habitué en Autriche le comfort était plutôt bas: Les toillettes étaient presque partagées avec des vaches à côté de l'étable. Il fallait me laver dans un bassin - non, plutôt un abreuvoir. Les mulets et les mômes revenaient; le temps s'améliorait. Le repas succulent était fixé pour 19 heures. Il consistait en un pot de soupe de légumes, une saucisse avec de polenta, de la tomme de Bise maison et un gateau à chocolat. J'étais assis à côté des deux femmes anglaises âgées de Sheffield qui ont déjà fait presque tous les montagnes 4000 des Alpes et beaucoup plus et d'un couple français qui allaient faire les Cornettes de Bise le lendemain. Nous avons profité du coucher du soleil, les rochers rouges et le ciel totalement dégagé qui nous laissait esperer pour le matin. La nuit était assez calme malgré les enfants bavardants. J'ai commandé le petit-déjeuner pour 6:30 et payé en total 24€. Quand je suis parti il y avait déjà quelques randonneurs en train de monter à partir de la Bise. La montée était agréablement fraise et toute à l'ombre. J'ai mis un peu plus d'une demi-heure au Col de la Bosse où il s'ouvrait une vue magnifique vers le sud, surtout le Mont de Grange se dressait impressionnamment à l'autre côté du vallon. Un petit trançon après le sentier commençait à monter assez escarpé en direction nord tel que je gagnais vite de l'altitude. De plus en plus les sommets blancs apparaissaient au sud. Après j'avais atteint un point de vue au nord il se tournait à l'est. Là, il faut grimper sur une première marche de roche et plus tard un passage rocheux un peu plus long avant qu'il change au côté sud au soleil. Ensuite il faut traverser deux ravines au flanc du sud. Dans la deuxième on est confronté à une traversée ne que cinq mètres mais assez dangereuse: Il n'y a pas des prises et seulement des mauvais pas, donc il me fallait faire attention horrible. Après on suit la crête d'où on voit déjà la croix, traverse plus vers l'est et monte les derniers mètres au sommet du sudest. J'étais parti aucune minute trop tôt ce matin parce que à 9 heures il se formait déjà quelques nuages à côté du Mont Blanc. La vue vers l'est contre le soleil était naturellement brumeuse, mais au nord je pouvais voir tout le bord du nord du Léman de Genève par Lausanne à Montreux. Comme les Cornettes de Bise sont la plus haute montagne de cette region on a une vue d'ensemble de toutes montagnes du Chablais. J'en profitais pendant je déjeunais, mais elle se détériorait assez vite. Il y avait un groupe de jeunes monté de La Chapelle et beaucoup d'autres gens arrivants, restants et partants. À 9:45 je suis parti aussi. C'était une descente rapide et très facile au Col de Verne qui ne durait qu'une demi-heure. Après il succédait un long trajet suivant le vallon vers Miex et Vouvry avec des prés fleuri à côté. Mes plantes brûlaient. Au Flon j'ai cherché un raccourci en bas. Le sentier est marqué dans le plan mais à cause des clôtures de pâturage je n'ai pas trouvé, donc je suis descendu directement par un pré raide et ensuite un chemin boué au long du Fosseau à Vouvry. Arrivé à 12:55 j'ai malregardé les horaires de bus et train tel que j'ai raté les deux et il me fallait attendre jusqu'à 15:10. C'était comme ça parce que la gare se trouve à l'un côté du village tandis l'arrêt de bus est à l'autre. Je ne voulais pas marcher deux heures à Aigle, donc je restais deux heures à l'hombre avant que j'aie pris le bus à Aigle. Vers 17:30 je suis retourné chez moi. Le soir nous sommes allés au festival Montreux Jazz où nous sommes offert un grandios coucher du soleil à bord du bâteau festival.


Impressum